LA POSSESSION, une ville chargée d'histoire
La Possession est la première ville qui constitue l’Ouest, vu qu’elle se situe juste à la sortie de la route du littoral, en sortant de Saint-Denis.

Pour la petite note historique, cette ville fleurie a été baptisée d’abord en ce temps lontan « Possession du Roy » en l’honneur du Roi de France. Il a été renommé plus tard en 1890, La Possession, lors de son passage en tant que commune. C'est ici que sont arrivés les travailleurs engagés, lors de l'abolition de l'esclavage. 

La ville s’étend sur une grande partie de notre beau cirque de Mafate (tous les ilets du Bas de Mafate) et son point culminant se trouve tout près du sommet du Gros Morne.

Elle abrite aussi l’un des plus beaux points de vue de l’Ouest, sur le cirque de Mafate : CAP NOIR

 

UN PEU D'HISTOIRE

 

Les premiers habitants, appelés encore colons, savourent avec délectation l’atmosphère de ces rivages vierges et bénis des dieux… En 1690, le Gouverneur Habert de Vauboulon crée sur le territoire de cette Possession du Roy, une barrière de protection. La chasse y est interdite, tout comme la construction de cases et d’entrepôts. Seuls quelques enclos d’élevage y trouvent grâce.

 

Cela dit, de Juin 1675 à Novembre 1676, le premier à séjourner dans cette zone, pas très bien définie du reste, est le sieur Jean Marquet dont une ravine bien connue porte toujours le nom. Quant aux toutes premières et réelles concessions, elles datent de la fin du XVIIè siècle, en l’an 1699. L’histoire retient ici bien sûr le nom de Manuel Texer de Mota (ou Texeira da Motta), portugais des Indes, sans doute le premier hôtelier-restaurateur de La Réunion « en bord de mer », avec sa femme, leurs cinq filles et cinq fils…

 

Mais l’histoire retient également les noms de Pierre Folio, acquéreur successivement de six propriétés, dont une au Dos d’Âne, ou d’Antoine Cadet, acheteur de la Pointe des Galets. Quelques autres les rejoindront, un petit groupe d’habitations sort peu à peu de cet éclat de France, un village prend corps autour d’une vingtaine de cases et d’environ quarante habitants… La Possession se singularise en ce temps lointain par la qualité de son café, de ses mangues et ses jujubes, on y cultive du blé, du riz, du mil, des cannes, des patates et des légumes, on y élève volailles, bœufs, cochons et même chevaux… Nous sommes alors en 1831.

 

C’est au cours de cette année-là, en Mai 1831, que s’amorce l’idée ou plutôt le désir des désormais « Possessionnais » d’être détachés du quartier de Saint-Paul devenu entre-temps Chef-lieu de Bourbon… Mais le Conseil Municipal n’accède pas à cette demande, considérant les ressources agricoles de La Possession insuffisantes, regrettant du même coup l’absence d’église, de mairie, de cimetière !

 

En Novembre 1834, la petite cité accède tout de même au statut de « section particulière », avec pour limites géographiques la Rivière des Galets d’un côté, la Grande Chaloupe de l’autre, valables encore aujourd’hui. Un modeste local y est aménagé, jouant les mairies annexes… un peu oubliées et pitoyables pourtant !

 

Qu’à cela ne tienne, le village continue de prospérer malgré l’indifférence établie. En 1870 on continue d’y bien vivre : cimetière, gendarmerie, Eglise,boulangeries, sucreries...  Les eaux sulfureuses de Mafate font parler d’elles - depuis 1854 en réalité, à des fins médicales depuis 1862 -, un lazaret se construit à la Grande Chaloupe tandis que l’inauguration du Chemin de fer a lieu en 1882…

 

En 1882, la décision est prise d’enquêter enfin sur les capacités authentiques de ce quartier aux idées fixes ! Intention louable, certes, qui n’empêchera pas d’attendre encore huit longues années, jusqu’au 14 Août 1890, date à laquelle une Loi soudaine, appliquée le 29 Septembre suivant, fait de la section de la Possession une Commune à part entière. Sans grand débordement de joie d’ailleurs, sans cri, ni chant, ni pétard… La population compte pourtant à ce moment-là plus de six mille âmes, lesquelles connaîtront aussitôt, en Octobre de cette même année qui se veut tout de même historique, les premières élections municipales. Le candidat Louis-Victor Louvart de Pontlevoy, ex-Président du Conseil Général mais Président en exercice de la Chambre d’Agriculture, grand propriétaire terrien à la tête d’une sucrerie et d’une distillerie, est élu 1er Maire de La Possession.

 

SES SITES PATRIMONIAUX

 

Culturel

 

Naturel

 

Découvrez l'histoire de cette ville tous les 2es et 4es samedis du mois, avec le circuit culturel de Clovis


Chargement de
la galerie photos