MENU
Météo des plages
Zarlor
Carnet de séjour
Contacter un expert
Réservation en ligne
Traduction
English
Deutch

QU'EST CE QU'UN RÉUNIONNAIS ?

14 octobre 2022

Qu'est-ce qu'un Réunionnais ?
La question paraît simple de prime abord, la réponse tout autant : un habitant de La Réunion.

 

Pourtant le sujet de l'identité sur notre belle île est complexe, car pour bon nombre d'entre nous, habiter l'île est insuffisant pour être qualifié de Réunionnais.

 

En effet, La Réunion est une belle jeune fille qui demande à être courtisée, arpentée, flattée, à ce qu'on la connaisse mieux, qu'on la comprenne.

 

Peut-on ainsi devenir Réunionnais sans être né ici ?

 

Certains voient La Réunion que comme le prolongement du territoire Français sous les tropiques, un terrain de jeux à consommer sans modération.

 

D'autres y voient une terre promise, de tolérance, riche de cultures et de traditions diverses, leur ouvrant les portes d'une créolisation à laquelle ils aspirent.

 

Car la culture créole réunionnaise issue des différentes cultures apportées par les flux migratoires du passé, passionne et séduit toujours plus de visiteurs….

 

LA DÉCOUVERTE DES MASCAREIGNES

 

Si nous devons retracer notre identité, partons très loin dans notre histoire en commençant par les premiers à naviguer sur l’Océan Indien, les Arabes.

Ce sont eux les premiers à donner un nom à notre belle île « Dina Morgabin », l’île de l’Ouest, suivi en 1504 par le navigateur européen Diego Fernandes Pereira qui donna le nom de Santa Apollonia, puis c’est le tour de Pedro de Mascarenhas, un navigateur portugais qui aurait découvert l’archipel des Mascareignes (d’où le nom) …. Ça en fait des explorateurs ! Et ce ballet continuera jusqu’à la fin du XIXème siècle.

 

Les Français, à cette époque, sont plus discrets et pas trop pressés à venir découvrir cette partie du globe. Mais en 1638, c’est le début d’une ribambelle d’escales française sur notre île :

 

En 1642, c’est la première prise officielle de l’île.

 

 

Les premiers, à rester, car ils se sont révoltés au Fort Dauphin de Madagascar, mis en exil sur Mascarin sont 12 Français qui s’installeront dans le quartier français de Sainte-Suzanne, de 1646 à 1649. L’île se fera baptiser l’île de Bourbon quand on viendra récupérer les 12 mutins en 1649.

 

Et c’est suite à leurs informations, que l’île commence à prendre de l’intérêt, surtout pour Etienne FLACOURT.

 

De 1654 à 1658, l’île est de nouveau habitée et se retrouve peuplée par des vaches, des taureaux, des cochons, de la volaille et des plants de tabac… Accompagnés de 12 hommes, dont 6 Malgaches… Ils ne resteront pas.

 

1663 : L’ÎLE EST DÉFINITIVEMENT OCCUPÉE

 

Le Saint-Charles en provenance de Fort-Dauphin mouille à la grotte du peuplement à Saint-Paul. 2 Français, dix serviteurs malgaches dont trois femmes débarqueront. À ce moment-là l’île devient une base française de l’océan Indien.

 

 

L’ESCLAVAGE – LA PÉRIODE LA COMPAGNIE DES INDES

 

C’est la période la plus noire de notre histoire, mais la plus importante concernant notre identité !

 

De 1665 à 1764 débarqueront d’autres colons ainsi que leurs serviteurs Malgaches.

 

C’est lors de l’exportation de Café en 1719, que l’esclavage commence à s’installer sur l’île avec l’embarcation de 1 500 esclaves par an qui viennent d’Afrique, de l’Inde et de Madagascar.

 

Les mariages se multiplient ainsi que les naissances… En 1754 : 3 376 blancs et 13 517 esclaves sont référencés… Et ces chiffres ne cesseront d’augmenter au fil des années.

 

 

DE L’ESCLAVAGE À LA DÉPARTEMENTALISATION

 

Le 20 décembre 1848, l’abolition de l’esclavage est proclamée ! Cependant, l’île devenant un département a toujours besoin de main d’œuvre pour ses différentes exploitations.

 

C’est à ce moment-là que plus de 100 000 engagés malgaches, africains, indiens et chinois seront introduits dans la colonie par les propriétaires d’anciens esclaves pour les remplacer dans les plantations….

 

 

 

LA RÉUNION D’AUJOURD’HUI

 

Encore aujourd’hui, différentes nationalités viennent s’installer sur l’île, pour son confort, son côté idyllique, son vivre-ensemble qui plaît.

 

Et il ne leur faut parfois pas plus d'une année pour « kozé kréol », « mangé carri dann fèy fig », et « dansé, joué Maloya ».

 

Certains d'entre eux resteront, d'autres pas, mais tous auront apporté leur énergie, leurs idées au service du bien commun.

 

Alors être Réunionnais, c'est aussi simplement connaître La Réunion et ses traditions, les vivre et les aimer pour la vie.

 

Nous sommes Français, Malgaches, Indiens, Africains, Chinois, nous sommes un mélange indescriptible qui rend un Réunionnais et son métissage si exceptionnel !

 

Alors qu’est-ce qu’un Réunionnais ? C’est tout cela à la fois !