MENU
Météo des plages
Zarlor
Carnet de séjour
Contacter un expert
Réservation en ligne
Choix du langage

Portrait d'artisan : Laurence de l'atelier Kréa'ter, céramiste à Saint-Leu

Portrait d'artisan : Laurence de l'atelier Kréa'ter, céramiste à Saint-Leu
Portrait d'artisan : Laurence de l'atelier Kréa'ter, céramiste à Saint-Leu 974
Portrait d'artisan : Laurence de l'atelier Kréa'ter, céramiste à Saint-Leu 974
Voir toutes les photos
Voir toutes les photos
Portrait d'artisan : Laurence de l'atelier Kréa'ter, céramiste à Saint-Leu
Voir toutes les photos
08 avril 2021

 

Entre traditions et modernité, la céramique fait son grand retour depuis quelques années.

Assiettes, tasses, bols… Vous n’y avez très certainement pas échappé, ce savoir-faire ancestral revient dans la tendance, notamment sur nos tables. 

 

À La Réunion, une poignée d’artisans excellent dans cet art. Nous vous avions parlé des cours de poterie de Berthie à L’Éperon, aujourd’hui nous prenons la direction des Colimaçons pour rencontrer Laurence de l’Atelier Kréa’ter.

 

La discrète artiste nous ouvre les portes de son atelier où elle crée en série très limitée de la vaisselle, des objets décoratifs et des bijoux en céramique et transmet sa passion à celles et ceux qui souhaitent s’initier à la poterie ou perfectionner leur pratique. 

 

Laurence nous fait découvrir son univers avec pudeur et humilité.

 

 

De la création à la transmission : rencontre avec une céramiste passionnée 

 

Laurence nous accueille sous la varangue de sa case créole nichée dans les hauteurs de Saint-Leu. C’est dans cet espace ouvert sur un magnifique jardin tropical où règne une atmosphère reposante qu’elle partage son temps entre la création d’objets en grès ou en porcelaine emplie de douceur et les cours qu’elle prodigue à ses élèves. 

 

Elle nous sert un thé dans une jolie tasse ronde de sa dernière collection, puis nous fait visiter son atelier. 

Sur une étagère sont exposées quelques-unes de ses réalisations. L’esthétique des pièces tendance de la céramiste n’est pas sans rappeler la richesse des ambiances et paysages de La Réunion. Une tasse en grès noir évoque le côté volcanique de l’île, une autre le vert des forêts des hauts, un mug dans les tonalités bleutées le lagon, une sculpture de baleine la magie de l’océan… Ça ne fait aucun doute, l’artiste est inspirée par son lieu de vie.

 

Ensuite, nous découvrons la fameuse machine qui a marqué tous les esprits dans le film Ghost : le tour. Laurence en possède trois dont un qui la suit depuis maintenant 20 ans.  

Avec sa sensibilité et une approche très humaine, la céramiste pratique et enseigne l’apprentissage d’autres techniques pour travailler la terre comme le modelage ou la sculpture où l’on façonne les objets directement avec ses mains.

 

 

D’ailleurs, à l’intérieur, on observe les réalisations des élèves en cours de création. Certaines encore à l’état brut s’apprêtent à passer en première cuisson dans le four à 1030°, d’autres trempées dans un bain d’émail attendent leur seconde cuisson à 1280°.

 

Du façonnage, au séchage, en passant par le décor et la cuisson : « l’art du feu », c’est un long processus de fabrication qui demande patience et humilité. 

 

Le décor est planté, faisons plus ample connaissance avec cette céramiste passionnée. 

 

 

Comment avez-vous appris la céramique ?

 

J’ai eu la chance de rencontrer une potière à mes 20 ans quand j’étais à la fac, et j’ai appris à ses côtés. Lorsque j’ai eu ce premier contact avec le tour, je me suis dit « il y a truc qui se passe, et ça restera ». Chaque semaine et un week-end par mois j’avais mes cours, c’était fabuleux. 

 

Ensuite, j’ai continué la céramique, tout en exerçant une activité salariée à côté. Je pratiquais dans un atelier et chez moi avec mon four, mon tour, puis, lorsque j’avais des vacances, je faisais des stages ou des formations.

 

 

Et, arrive un moment dans la vie on se tourne vers ce qui nous tient à cœur et on se dit : si on ne le fait pas maintenant on ne le fera pas plus tard. La céramique est devenue mon métier officiel depuis 4 ans. Tous les jours j’apprécie le prix de la liberté et de faire ce que je veux quand je veux.

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ? 

La terre demande patience, douceur, humilité et recentre sur ce qu’il y a de plus profond. 

Dans une société où tout va de plus en plus vite, la céramique c’est le « Slow Time ». C’est une déconnexion totale du monde réel : le yoga des mains. Ça oblige à se concentrer sur ce que l’on fait et ça vide l’esprit. 

 

La poterie me fait accepter plein de choses. Le four décide l’allure finale et la couleur de la pièce. Chaque cuisson aura une petite particularité qui fait que si on met deux tasses à côté elles seront toutes différentes. C’est ce que j’appelle la magie du feu. 

 

 

Mais le travail de la terre a aussi un côté ingrat et frustrant qui apprend à lâcher prise.

Il se peut que la pièce que l’on a mis tant de temps à façonner se fissure à la cuisson. Par exemple, avec la porcelaine on a 10% de casse.

 

Parlez-nous de vos cours de poterie.

Le cours se fait en petit comité, on est 4 maximum et ça dure 3 heures. Chacun vient avec son envie et son niveau de pratique, je n’impose pas de thème, j’accompagne les élèves dans leurs projets.

 

Pour un atelier découverte, je conseille au minimum 3 cours, car le processus d’apprentissage prend du temps.

 

À la première séance, on apprivoise le tour et on donne une forme à la boule de terre.

La seconde fois, on fait le tournassage : on retire des spirales de terre pour créer un pied. Ensuite, la pièce va sécher pendant une semaine à 15 jours (il ne faut jamais vouloir aller trop vite, car ça ne pardonne pas), puis cuire. Enfin, à la troisième séance on va l’émailler pour la décorer. 

 

La poterie est là pour chacun à différents niveaux. Certains vont se découvrir une fibre artistique, d’autres vont réveiller leur âme d’enfant.

 

Bien plus qu’une activité manuelle, les ateliers de céramique offrent un vrai moment de déconnexion. C’est une bulle temporelle, où l’on oublie les soucis du quotidien.

 

Si l’on veut s’offrir une de vos créations ?

On peut me contacter via Facebook ou Instagram pour m’acheter des pièces déjà existantes repérées sur un marché ou sur les réseaux sociaux. 

 

Je participe à deux gros événements par an qui sont le marché de Noël de l’Éperon et le salon du fait main à Saint-Leu. Sinon, j’expose mes créations notamment mes bijoux en porcelaine dans certaines boutiques de La Réunion comme Nana Vanille à Saint-Pierre, ou Quartier Libre à l’Éperon.

 

C’est certainement dû à mon ancienne vie salariée,  mais je ne sais pas me mettre dans une optique de productivité, je ne fais que de petites séries de 6 à 10 objets. Je ne me mets pas de contrainte et j’écoute mes envies. 

 

 

Il est temps pour nous de quitter ce havre de paix. Merci à Laurence de nous avoir offert cette parenthèse de douceur dans les coulisses de ce métier de l’artisanat. 

Informations pratiques :

L’Atelier Kréa’ter n’est pas ouvert au public, quelques créations sont disponibles à la boutique Quartier Libre à l’Éperon ou Nana Vanille à Saint-Pierre.

Découvrez les créations de Laurence sur Facebook et  Instagram.

Tarif des cours : 35€ la séance de 3 heures

 

Textes et photos : Roxane @ Happeï