MENU
Météo des plages
Zarlor
Carnet de séjour
Contacter un expert
Réservation en ligne
Traduction
English
Deutch

LES POÈTES EMBLÉMATIQUES DE LA RÉUNION

11 mars 2022

Leconte Delisle, Albert Lougnon, Eugène Dayot.... Vous connaissez ces grands noms que l'on aperçoit souvent dans les histoires réunionnaises. Ils sont connus pour leurs écrits, des poèmes d'amour, de paysages qui vous font voyager au coeur de La Réunion.

 

Voici l'histoire de quelques poètes très connus qui ont marqué la vie réunionnaise :

 

CHARLES RENÉ MARIE LECONTE DE LISLE, POÈTE UNIVERSEL

 

Profondément humain, Leconte de Lisle se refusait, comme beaucoup d'entre nous, à tout changement. Mais paradoxalement, il ressentait cette volonté de se plier à l'évolution nécessaire de la société, à la recherche du moyen d'inventer une organisation sociale plus juste.

 

Il combattait cette contradiction, dans le but de créer une nouvelle identité individuelle et collective qui ne pourrait émerger que par la destruction de l'ancienne.

 

Sa seule arme était une poésie, non pas sentimentale, tournée autour du moi, que les Romantiques utilisaient contre la raison, mais une poésie « exercice » qui conduit à une profonde métamorphose du moi, comme pour mourir à soi-même en se faisant autre. Ou comme en parlait Rimbaud, un « long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens » afin de les régler sur une sensibilité à la fois individuelle et collective différente.

 

Une poésie objective, qui abandonne le moi, subjectif, et qui se concentre sur la beauté du monde, sur l'extérieur, sur l'autre.

 

Voilà ce qu'est le Parnasse dont il était le chef de file.

 

Alors qu'à son époque la poésie, d'un Romantisme presque nombriliste, tourne autour du foyer, des traditions, du confort des habitudes, celle de Leconte de Lisle est dominée par la présence de l'autre et de l'étranger.

 

Ayant grandi à Saint-Paul de l'île Bourbon, il côtoyait l'étranger (Africains, Indiens, Malgaches) partout où il allait, jusque dans son propre foyer, son père lui ayant donné un demi-frère d'une de ses esclaves qu'il possédait jusqu'en 1848, date de l'abolition. Ces premières nouvelles et essais poétiques témoignent en effet de la diversité des populations qu'il croisait dans l'île.

 

Voilà donc d'où vient l'universalité reconnue de Leconte de Lisle, et son œuvre doit encore nous inspirer à l'heure des grands changements de société qui s'imposent une nouvelle fois à toute l'humanité.

 

 

LA MAGIE DES MOTS D'EUGÈNE DAYOT

 

Laurent Joachim Dayot dit Eugène, est très tôt décrit par son précepteur comme un jeune homme « doux, expansif, le cœur vibrant aux mots magiques d'amour et de liberté ».

Toute sa vie il utilisera ses mots comme une arme pour lutter.

D'abord contre sa propre souffrance, à travers la poésie, notamment dans l'un de ses poèmes les plus célèbres, le Mutilé. En effet dès l'âge de 20 ans, il déclare la lèpre, qu'il contracta en bas âge, certainement au contact de sa nourrice à la santé douteuse.

 

Extrait :

Vingt ans et mutilé !... voilà quelle est ma part;
Vingt ans... c'est l'âge où Dieu nous fait un cœur de flamme ;
C'est l'âge où notre ciel s'embellit d'un regard,
L'âge où mourir n'est rien pour un baiser de femme.

A ce large festin des élus d'ici-bas,
Qui me dira pourquoi je ne suis qu'un Lazare !
La vie est une fête où je ne m'assieds pas,
Et pourtant j'ai rêvé sa joyeuse fanfare !
La douleur m'a fait boire à sa coupe de fer ;
Jeune vieillard, j'ai bu tout ce qu'elle a d'amer.
O vous qui demandez si l'âme est immortelle,
Et ma part de bonheur,... dites!... où donc est-elle ?
Quoi ! Dieu nous mentirait, quand sa sainte équité
Nous promet l'immortalité !

 

Puis viendra le temps de combattre en faveur des droits de l'homme, lorsqu'en 1839 il fondera son propre journal, Le Créole: feuille de l'île Bourbon.

Par le biais de ses publications engagées, il s'oppose au système colonial et promeut l'abolition de l'esclavage.

Des mots pour panser ses maux ainsi que ceux de la société, aux mots pour décrire les eaux de sources de Salazie, le cœur de l'île et toutes ses beautés, il lui faudra lui-même parcourir les rudes sentiers de l'intérieur, guidé par l'espoir que la nature puisse guérir ses plaies.

Dans son poème Salazie, il y déclame tout l'amour de son île tout en exprimant son dédain pour cette élite locale qui méprise sa terre d'origine au profit d'un gouvernement esclavagiste.

 

Extrait :

Oh ! dis-moi donc, enfant de la race créole,
D'où vient que pour nos bords, ton cœur est sans amour ?
D'où vient que faible encor, ta première parole,
Dans l'avenir douteux, semble arrêter le jour
D'un départ sans retour ?
Pourquoi, lorsque ta mère, offrant ton brun visage
A la splendeur d'un ciel si poétique à voir,

Insoucieux de lui, ton oeil ardent et noir,
A l'horizon lointain, demande une autre plage,
Ton rêve et ton espoir ?
France ! France ! voilà ce que ton âme crie :
Eh ! la France, dis-moi, vaut-elle ta patrie ?
De ton brillant soleil le sien est-il rival ?
Son ciel est-il plus pur, sa nature plus belle ?
Lorsque l'hiver partout jette la faim cruelle,
Dans tes fertiles champs, le joyeux cardinal,
En vain, pour ses petits, va-t-il lasser son aile ?
Non, non, jamais l'hiver, déroulant son linceul,
N'affligea nos climats de famine et de deuil ;

 

En 1844, Eugène Dayot publie sous la forme d'un feuilleton dans le Courrier de Saint-Paul, son roman historique le Bourbon Pittoresque. Cette œuvre majeure, qui traite du premier siècle du peuplement de Bourbon, théâtre des conflits entre les colons chasseurs et les marrons du Royaume de l'intérieur, ne put être achevée par son auteur.

C'est en 2012 que le journaliste réunionnais Jules Bénard  propose une suite à Bourbon pittoresque, sous le titre : Bourbon pittoresque – Le roman mythique d’Eugène Dayot enfin achevé, publié chez Azalées éditions.

 

Eugène Dayot quitte ce monde en 1852 à l'âge de 42 ans.

 

Il est enterré au cimetière marin de Saint-Paul et laisse derrière lui la beauté, la puissance et la magie des ses mots qui font de lui une des personnalités les plus importantes de l'histoire de notre île.

 

ÉVARISTE DE PARNY, LE POÈTE AMOUREUX

 

Né à l'Hermitage en 1753, Évariste de Parny est le poète spécialiste de l'érotisme, amoureux d'amour et de liberté. Il quitte bien vite Bourbon à l'âge de 9 ans pour étudier à Renne, puis s'engage dans une carrière militaire et devient Capitaine d'une compagnie de Gendarmes du Roi en 1772.

 

C'est pourtant sur son île natale, lorsqu'il y revient appelé par son père, qu'il se passionne pour la poésie et l'amour qui naîtra entre lui et son élève Esther Lelièvre, à qui il donne des cours de musique et bientôt d'érotisme.

 

Elle n'a que 13 ans et les projets de mariage des deux amants échouent devant l'opposition du père d’Évariste. Esther est par la suite contrainte d'épouser un médecin et n'aura de cesse de hanter le cœur du jeune poète. Il est également très affecté par la situation sociale qui règne sur Bourbon à cette époque.

 

L'esclavage le révulse et ne fait qu'attiser son ardant désir de liberté et ses idées anticolonialistes, ce qui l'amènera très certainement dans les bras d'une certaine Léda, avec qui il aurait eu une enfant prénommée Valère qui sera plus tard la grand-mère de notre célèbre Célimène Gaudieux, la « muse de Trois-Bassins ».

 

Pourtant, Paris manque à Évariste, qui y retourne en 1775, et où il connaîtra le succès suite à la publication en 1778 de ses « Poésies érotiques », dans lesquelles figure un personnage en fil rouge, Éléonore, inspirée d'Esther.

 

Extrait :

À Éléonore (II) - Poésies érotiques (1778)

Dès que la nuit sur nos demeures
Planera plus obscurément ;
Dès que sur l'airain gémissant
Le marteau frappera douze heures ;
Sur les pas du fidèle Amour,
Alors les plaisirs par centaine
Voleront chez ma souveraine,
Et les voluptés tour-à-tour
Défileront devant leur Reine ;
Ils y resteront jusqu'au jour ;
Et si la matineuse aurore
Oubliait d'ouvrir au soleil
Ses larges portes de vermeil,
Le soir ils y seraient encore.

 

Suivront d'autres publications dont « Élégie » en 1784 .

 

Extrait :

Élégie VII (1784)

Aimer est un destin charmant ;
C’est un bonheur qui nous enivre,
Et qui produit l’enchantement.
Avoir aimé, c’est ne plus vivre,
Hélas ! c’est avoir acheté
Cette accablante vérité,
Que les serments sont un mensonge,
Que l’amour trompe tôt ou tard,
Que l’innocence n’est qu’un art,
Et que le bonheur n’est qu’un songe

 

Évariste revient par la suite à Bourbon en 1783 lors du décès de son père et entame une série de voyages, d'abord à l'île de France puis aux Indes Françaises à Pondichéry. De ce séjour naîtra « les chansons madécasses » qui seront publiées en 1787 et sont considérées comme les premiers poèmes en prose de la littérature française.

 

Dans ces écrits, qui sont selon Évariste des traductions de textes malgaches anciens, ont retrouve néanmoins toute la ferveur anticolonialiste et anti-esclavagiste de l'auteur.

 

Admiré par Chateaubriand et le grand poète Pouchkine, Évariste de Parny est nommé en 1803 à l'Académie Française. Il décède à Paris le 5 décembre 1814.