MENU
Météo des plages
Zarlor
Carnet de séjour
Contacter un expert
Réservation en ligne
Choix du langage

LE BOIS DE SENTEUR BLANC, UNE ESPÈCE ENDÉMIQUE DE LA RÉUNION

19 mars 2021

Le Bois de senteur blanc (Ruizia Cordata)

 

Autrefois accroché sur les remparts des ravines de l'Ouest, cet arbuste ne dépassant pas 10 m de haut, a longtemps fait l'objet de la convoitise des hommes.

On le rencontrait pourtant fréquemment de Saint-Denis à Saint-Pierre, sous le vent, jusqu'au début du 20ème siècle. Puis sa disparition s'est accélérée au fil des besoins de plus en plus criants d'une population en proie à la misère et aux maladies.

 

Comment reprocher à ceux de l'époque qui bravaient le danger du précipice pour déposer au pied du Bois l'enchanteur une pièce de monnaie en échange du précieux talisman-écorce censé les protéger de tous maux physiques ou spirituels.

 

D'autres ont pu en abattre afin d'empêcher qu'ils ne deviennent l'instrument de vengeance d'un voisin éconduit. Les défrichements, les incendies, les rats écorceurs et enfin les escargots Achatine mangeurs de plants ont achevé le travail qui réduisit la population de Bois de senteur blanc à seulement 3 individus sur toute la surface du globe !

 

 

 

 

UNE ESPÈCE ENDÉMIQUE DE LA RÉUNION EN VOIE DE DISPARITION

 

Cette espèce endémique de La Réunion, au bord de l'extinction, est également dioïque, ce qui ne facilite pas sa sauvegarde. En effet, cela signifie que les fleurs mâles et femelles se trouvent sur des individus bien distincts et jamais sur la même plante.

 

Ne sachant pas le sexe des 3 survivants, des boutures sont réalisées malgré tout, puis envoyées au conservatoire botanique de Brest. 8 ans plus tard, les boutures se sont développées et par chance elles ont donné des mâles et des femelles qui ont pu être fécondées.

 

1800 plants ont pu rejoindre La Réunion et ainsi sauver l'espèce d'une disparition totale. Aujourd'hui le projet Life+forêt semi-sèche a permis de replanter 47 autres espèces comme le Bois de senteur blanc, qui affectionnent la forêt semi-sèche, en passe de renaître au dessus de la Grande Chaloupe, forte de ses 100 000 "baba pié d'bwa"