MENU
Météo des plages
Zarlor
Carnet de séjour
Contacter un expert
Réservation en ligne
Choix du langage

JACOB GAZE LE POILU DE MAFATE DE LA RÉUNION

Jacob Gaze le poilu de Mafate Reunion 974
Jacob Gaze Le poilu de Mafate de La Réunion 974
Jacob Gaze Le poilu de Mafate de La Réunion 974
Voir toutes les photos
Jacob Gaze le poilu de Mafate Reunion 974
Voir toutes les photos
18 janvier 2021

Marco AH-KIEM a réalisé un mémorial en souvenir du poilu réunionnais Jacob GAZE (1897-1960). Cette statue a été inaugurée sous le nom de « poilu de Mafate ».

 

Ce sculpteur a déjà à son actif la statue de Mme Desbassayns, installée dans les jardins du domaine des Villèle, à Saint-Gilles-les-Hauts. Il travaille surtout le basalte. La statue a été installée dans le square du 18 juin à Saint-Paul et a été inaugurée lors des cérémonies du 11 novembre 2015.

 

La statue représente le poilu Jacob Gaze, né le 27 février 1897, cultivateur de géranium à Mafate. Il fut appelé le 10 mai 1917 pour rejoindre les Ardennes. Moins d’un an après, le caporal Jacob Gaze est démobilisé puis hospitalisé à Charleville-Mézières. Blessé et intoxiqué au gaz moutarde, il parvient à rentrer à La Réunion.

 

 

 

Mais, il va souffrir pendant des années de ses blessures de guerre. Il est notamment atteint d’ypérite ce qui lui fait cracher du sang. Il meurt le 3 août 1960. Il porte le casque, le fusil Lebel, la pelle et la besace, objets traditionnels des poilus de la Grande Guerre, mais également des éléments qui font référence à la culture réunionnaise comme les bretelles. Il n’est pas vêtu de son uniforme, mais d’un simple veste et d’un pantalon. Dans une main droite, il tient un galet car pendant cette période, il était  réputé bon lanceur de galet. 

 

À sa  gauche un obus, arme  terrible de la première guerre mondiale qui a fait de nombreux morts et détruit des villages entiers. Le sculpteur a voulu montrer la dureté de la guerre, qu’en 1914-1918, tous les Réunionnais étaient prêts à combattre pour leur patrie, même s'ils vivaient à plus de 9000 km de la métropole. Mais Marco Ah-Kiem a aussi voulu faire passer un message de paix.