MENU
Météo des plages
Zarlor
Carnet de séjour
Contacter un expert
Réservation en ligne
Choix du langage

ABDEL KRIM L'EXIL D'UN CHEF RIFAIN À TROIS BASSINS À LA RÉUNION

ABDEL KRIM CHEF RIFAIN HISTOIRE REUNION 974
ABDEL KRIM L'EXIL D'UN CHEF RIFAIN À TROIS BASSINS À LA RÉUNION 974
ABDEL KRIM L'EXIL D'UN CHEF RIFAIN À TROIS BASSINS À LA RÉUNION 974
Voir toutes les photos
ABDEL KRIM CHEF RIFAIN HISTOIRE REUNION 974
Voir toutes les photos
28 avril 2021

Si vous êtes déjà passés sur Trois-Bassins, vous êtes peut-être passés devant une belle maison blanche créole blanche avec ses deux magnifiques palmiers, à la Grande Ravine.

 

Dans cette belle demeure vivait AbdelKrim, un chef Rifain qui s’est vu exilé sur l’île de La Réunion en 1926.

 

MAIS QUI EST ABDELKRIM ?

 

Né en 1882 dans le village proche d’Al Hoceima dans le Rif, il est le fils d’un Caïd, et appartient à une puissante famille berbère des Beni Ouriaghel.

 

Un vrai militant dans l’âme comme son père, il décide de se rallier à Adjir en 1919, pour organiser la résistance du Rif.

 

De 1921 à 1925, 4 ans de guerre, l’une des premières anticoloniales, appelé : La Guerre du Rif. Abdelkrim et ses troupes gagnent du terrain et arrivent à faire front à celles de l’Espagne.

 

Les espagnols ne sachant plus quoi faire et de peur que cette rébellion se propage beaucoup plus loin, décident de demander du renfort auprès de La France.

 

Les troupes françaises déployées, arrivent à repousser les troupes d’Abdelkrim. Mais sous la menace de bombardement de gaz toxique, qui a déjà tué des populations civiles, Abdelkrim est contraint de se rendre aux autorités françaises. `

 

La France décide en 1926 de l’exiler vers l’île de La Réunion où il restera pendant 21 ans.

 

 

LA VIE D’ABDELKRIM SUR LA COMMUNE DE TROIS-BASSINS

 

Si nous devons définir la vie d’Abdelkrim à La Réunion, nous pouvons dire qu’elle a été paisible et calme durant une vingtaine d’années. La population réunionnaise l’adopta rapidement et appréciera sa simplicité et sa courtoisie.

 

Arrivé à La Réunion avec sa famille, Abdelkrim passe de nombreux séjours dans différentes régions de l’île : Il restera trois ans avec sa famille au Château Morange à Saint-Denis, puis il ira s’installer à Castel-Fleurie au Chaudron. Il ira aussi faire un tour à Hellbourg, à La Plaine des Palmistes mais aussi sur la commune de Trois-Bassins.

 

Sur cette belle commune des Hauts, il deviendra l’acquéreur d’une belle maison créole située à La Grande Ravine.

Pour gagner sa vie et subvenir au besoin de sa famille, il se lancera dans l’exploitation du bois et de la culture du Géranium.

 

Tout au long de ces années en exil, Abdelkrim montrera son attachement à La France et fit la promesse de ne jamais la trahir en s’enfuyant.

 

 

SA GRANDE ÉVASION

 

Mais l’envie de retourner au Maroc est toujours là. Et enfin, en 1947, grâce au dernier gouverneur André Capagorry, Abdelkrim sera transféré avec les 40 membres de sa famille et le cercueil de sa mère vers la France. Son exil prendra fin.

 

Cependant lors de leur escale à Suez, au Port-Saïd, avant de repartir vers La France, toute la famille d’Abdelkrim ainsi que le chef Rifain s’échappèrent vers le Caire où ils resteront y vivre.

 

Un mystère pèse autour de cette fuite, certains pensent que toute la famille a été kidnappé par le chef même de l’Egypte et d’autres que « le vieux lion du Rif » a trompé la France et avait bel et bien commandité cette fuite.

 

Il restera vivre au Caire jusqu’à sa mort en 1962 d’une crise cardiaque à l’âge de 81 ans. Il avait toujours gardé son souhait de retourner au Maroc mais celui-ci ne se réalisera jamais.

 

Sa dépouille repose actuellement au Caire.