MENU
Météo des plages
Zarlor
Carnet de séjour
Contacter un expert
Réservation en ligne
Traduction
English
Deutch

LE TI TRAIN LONTAN DE LA GRANDE CHALOUPE : UN PATRIMOINE EN SOMMEIL

Le petit train de la grande chaloupe reunion 974
LE TI TRAIN LONTAN DE LA GRANDE CHALOUPE : UN PATRIMOINE EN SOMMEIL 974
LE TI TRAIN LONTAN DE LA GRANDE CHALOUPE : UN PATRIMOINE EN SOMMEIL 974
Voir toutes les photos
Voir toutes les photos
Le petit train de la grande chaloupe reunion 974
Voir toutes les photos
15 avril 2021

Ce petit quartier, partagé par Saint-Denis et La Possession et que l'on aperçoit en passant sur la route du littoral, n'est aujourd'hui plus que l'ombre de lui-même. Pourtant , le site est véritablement au carrefour des patrimoines de notre île.

 

Ainsi, la Ravine de la Grande Chaloupe est intégrée depuis 2007 au cœur du Parc National pour sa forêt semi-sèche dont il ne reste que 1% ; le site est également traversé par un itinéraire chargé d'histoire, très emprunté par les randonneurs et les traileurs, le Chemin des Anglais ; et malgré la présence du Lazaret, formidable lieu de mémoire pour des milliers de réunionnais descendant des travailleurs engagés venus participer à l'essor de l'industrie sucrière au 19ème siècle, le village semble endormi, laissé à l'abandon, victime d'une morosité économique.

La trentaine de familles installée à la Grande Chaloupe depuis les années 1940-50, ne dispose en effet d'aucun commerce de proximité et la jeunesse a tendance à fuir le village où il ne se passe plus grand chose.

 

Cela n'a pourtant pas toujours été le cas. Car comme beaucoup d'entre nous le savent, c'est à la gare de la Grande Chaloupe que l'on peut admirer ce qu'il reste du patrimoine ferroviaire de La Réunion, qui, grâce à l'intervention d'un passionné, a permis au quartier de devenir une attraction unique pendant plusieurs années.

 

C'est en 1987 que Gérard Chotard, professeur de musique récemment installé dans l'île, décide de consacrer sa passion pour les trains, à la sauvegarde de notre patrimoine.

 

GÉRARD CHOTARD, SAUVEUR DU PETIT TRAIN LONTAN

 

Tout commence avec un article paru dans le Quotidien du 1er janvier 1988, inspiré par la démarche de Gérard qui souhaitait récupérer le matériel ferroviaire de l'île, afin de l'exposer à la Grande Chaloupe.

Dès le lendemain, les appels l'encourageant à créer une association de sauvegarde de ce patrimoine, se comptent par dizaines. Ainsi, le 18 Janvier 1988, naît l'association Ti Train. Les 6 mois suivants sont consacrés à la récupération des voitures, autorails et locomotive vapeur, éparpillés aux quatre coin de l'île. Malgré le scepticisme et les réticences de certains, Mr Chotard parvient à rassembler bénévoles et passionnés autour de son projet, et en 1990 c'est la troupe du Théâtre Vollard qui entre en scène avec ce qui deviendra son plus grand succès à ce jour, la pièce « Lepervenche ».

 

Cette œuvre originale, écrite par Emmanuel Genvrin, joué à la Grande Chaloupe en plein air et au fil des rails, rassemble entre 1990 et 1995 plus de 130 000 spectateurs.

 

 

Mr Chotard se souvient : «  Fin 1988, on décide de faire un méchoui pour récolter un peu de sous, car on avait peu de moyen à l'époque. Il se trouve que j'avais des copains musiciens qui ont proposé de venir jouer à l'occasion de ces repas associatifs et parmi eux il y avait Emmanuel Genvrin.

 

Et un jour où j'avais sorti du matériel ferroviaire pas encore rénové, il voit ça et me dit : « Gérard ton truc, ça me donne une super idée ! » ...»

 

L’engouement du public est tel, que certains n'hésiteront pas à revenir de nombreuses fois pour assister à cette pièce historique devenue culte. Les plus jeunes pouvaient découvrir un patrimoine sauvé de l'oubli, alors que les gramouns se laissaient envahir avec émotion par la nostalgie d'une époque révolue.

 

L'association Ti Train ne compte dès lors plus ses heures pour assurer au public le maximum de sécurité lors des représentations :

« ...On était performant, les conditions de sécurité étaient remplies, on avait régulièrement des contrôles techniques, on ne prenait aucun risque, il n'y avait jamais une seule personne à bord du train qui était capable de le conduire. Ils étaient toujours au moins deux et il n'y a jamais eu d'incident...si, un seul, le jour de la 1ère représentation de la pièce de Vollard... »

 

« ...On allait chercher les gens à La Possession et sur le retour pour les ramener, la locomotive tracteur tombe en panne en plein milieu du tunnel ! On avait un système de code avec le klaxon pour prévenir la loco accrochée à l'arrière de se mettre en marche pour pousser l'ensemble. On fait 50 m et la 2ème loco tombe aussi en panne ! Les gens ont commencé à rire et applaudir en pensant que ça faisait parti du spectacle ! Heureusement, on avait des supers mécanos qui ont changé les filtres à gazole encrassés et en 3 minutes, 2 coups de klaxon et on était reparti ! »

 

Fort de ce succès populaire, l'association Ti Train, alliée avec l'association des habitants de la Grande Chaloupe toujours présidée par Mr Bernard Ramouche, ont pu proposer la vente de repas, tenir une buvette et même organiser des soirées dansantes, avant pendant et après chaque représentation du Théâtre Vollard.

 

Mais l'aventure ne s'arrête pas là, puis qu’entre 1995 et 2005, des centaines de marmailles dans le cadre scolaire ont pu découvrir ce patrimoine exceptionnel.

 

 

Mais depuis 2005 il semblerait que la volonté de mise en tourisme du Ti Train se soit estompée. Cela fait maintenant 16 ans que les autorails ne roulent plus, et l'un d'entre eux, qui avait été complètement rénové, se détériore inexorablement avec le temps.

À la question :  « Avez-vous le sentiment que la sauvegarde du patrimoine ferroviaire préoccupe réellement les institutions ? Êtes vous optimiste ? »

Mr Chotard : « Non. Pas trop.... »

Et malgré les combats et les batailles remportées, Mr Chotard aurait voulu en faire plus... :

« ...il y a un truc que j'ai loupé...je m'en veux, même si je ne suis pas responsable, de ne pas avoir défendu la gare de Saint- Marie, lorsqu'un bulldozer l'a rasée pour mettre une gendarmerie à la place. On avait connaissance du projet, mais on a été pris de vitesse. Je regrette de ne pas être allé m’enchaîner à la gare. Il y a plus de 30 ans nous avions réussi à sauver celle de Saint-Pierre, mais chaque fois que je passe devant la gendarmerie de Sainte-Marie, je me dis qu'il y avait la place de conserver la gare juste à côté ...»

 

...et le combat est encore loin d'être gagné. Car depuis 2017, les perspectives de retour du Ti Train s'assombrissent puisque la présence d'hirondelles locales dans les tunnels, les salanganes, espèce protégée à La Réunion, a conduit la DEAL (Direction de l'Environnement) à mettre un coup d'arrêt sans concession à l'exploitation du chemin de fer. Il semblerait pourtant qu'une opération de déplacement de la colonie soit possible.

 

Ce dossier, actuellement en suspend, mériterait une attention particulière, au regard du travail phénoménal accompli par Mr Chotard et tous les membres de son association, et de la valeur patrimoniale que représente « nout ti train lontan ».