BONNE PÂTE À TROIS-BASSINS

Le 16/03/2016 | Portrait

À l’heure des boulangeries industrielles et des points chauds, M. Fontaine est l’un des derniers artisans de la restauration à proposer d’authentiques macatias lontan. Rencontre avec un artisan amoureux.

 

Dans un petit chalet de bois qui ne paye pas de mine, au bout d’une ruelle de Trois Bassins, monsieur Fontaine enfourne chaque matin quelques boules de pâte. Rien, a priori, ne les distingue des préparations d’autres boulangeries. Et pourtant, M. Fontaine a un secret : il est l’un des derniers à proposer d’authentiques macatias lontan. 

 

Petit déjeûner favori de toutes les enfances créoles, ces petits pains ronds et sucrés sont bien sûr disponibles partout, mais la rapidité des cadences industrielles empêche selon lui le plus souvent que soient respectées les étapes indispensables de la préparation d’un vrai macatia à l’ancienne : « La première chose, pour un bon macatia, c’est la patience. Il faut un bon levain, ça prend du temps. Une bonne levure de bière, et que des produits naturels, une bonne farine que l’on aère à la main… Les macatias sont plus onctueux comme ça. Et surtout, ils se conservent plus longtemps. Chez moi, un macatia, vous pouvez l’acheter et le manger trois jours après, il sera toujours excellent. Ailleurs, dès l’après-midi, il sera tout sec. » 

 

Autre vertu des macatias chez M. Fontaine, ils sont plus nourrissants. « Avec les miens, vous pouvez manger à 7h du matin, et marcher jusque 13h, vous n’aurez pas besoin de grignoter ! » L’homme dispose d’un embonpoint qui le rend crédible lorsqu’il parle calories, bien que ces derniers mois, soucieux de contrôler son poids, il se soit résolu à intégrer dans son métier quelques notions de diététique. « Je croise beaucoup de gens qui souffrent de diabète, ou qui sont soucieux de manger des choses qui sont bonnes pour la santé. C’est pourquoi j’ai décidé de réduire les quantités de sucre, d’utiliser des sucres de fruits, et de proposer des macatias à la petite épeautre, par exemple. Je voudrais que le plaisir de manger un bon macatia soit accessible à tous, et qu’en plus, ça vous fasse du bien ! »

 

Pour l’instant, M. Fontaine vend ses macatias deux fois par semaine, au marché de Piton St-Leu le mercredi, et sur celui de St-Leu le samedi matin. Bientôt, il compte s’installer aussi à St-Paul, mais il n’envisage pas de changer l’un des secrets de sa méthode : « Je ne fais que 30 à 40 macatias par jour. La petite quantité, c’est ce qui me permet de prendre le temps qu’il faut, et surtout d’ajouter le premier ingrédient indispensable : l’amour ! »

 

 

Texte : ZED – Photos : Mickaël Dalleau / ZED



Macatias Lontan
6 allée de la Source - 97426 Trois-Bassins