COUTEAUX BOURBON : DE L'ARTISANAT AUSSI ORIGINAL QU'ACÉRÉ

Le 05/12/2018 | Découverte

Monter sa propre forge, qui plus est pour y faire des couteaux, machettes et autres sabres… en ce XXIème siècle, à l’ère de la production de masse, choisir de devenir coutelier-forgeron semble relever du défi fou. Et pourtant, Samuel Hoarau a réussi son pari : en développant sa marque - Couteaux Bourbon - et une game de produits recherchés par les amateurs, cet artisan hors-norme parvient à vivre - humblement - de sa passion peu commune. Rencontre.
 

« J’ai fait une dizaine de métiers - dans l’informatique, la menuiserie, le bâtiment, la finance… - mais c’est en osant devenir artisan en 2009 que j’ai enfin lié passion et travail ». Samuel Hoarau était, depuis tout jeune, attiré par les couteaux et les sabres. Non pas pour des envies tranchantes mais parce que, nourri à l’iconographie des bd japonaises et aventures chevaleresques, ce petit garçon rêvait de fabriquer lui même un jour ces objets singuliers. Il passera à l’acte en 2007 en répondant opportunément à l’annonce d’un forgeron partant à la retraite et vendant son matériel. 


 

S’essayant d’abord à la fabrication de divers couteaux avec des matériaux de récupération et destinés à son propre usage, c’est l’ouverture d’un espace d’exposition - toujours chez lui, en 2009 - qui représentera le réel début de l’aventure. « Je me suis rendu compte que nombre de touristes étaient autant curieux que passionnés par la coutellerie d’art. Alors, au fur et à mesure, j’ai développé mon savoir faire et ma production : utiliser d’autres matières, dessiner des formes à la demande, mixer l’esthétique à l’utilitaire, etc.. et aussi, car c’est ce qui m’est le plus demandé, ouvrager plus de couteaux pliants ». Samuel, en cumulant l’art du forgeron et du coutelier, mais aussi d’ébénisterie ou de marqueterie, est capable de produire ses couteaux et accessoires de A à Z. 


 

C’est, sur l’île, le seul à travailler ainsi et ses produits sont déposés à l’INPI. La renommée des Couteaux Bourbon n’est en tout cas plus à faire. Les oeuvres de Samuel sont recherché par ceux qui cherchent un souvenir local original ou par les amateurs du genre qui les collectionneront - chaque objet est unique -. Mais aussi, parce qu’elles sont d’une qualité et longévité indiscutables, pour qui voudra travailler avec (à voir sur son site une vidéo comparant les produits vendus en grandes surfaces avec les siens).


 

Cet infatigable et talentueux artiste-artisan expose ses produits chez lui  mais aussi dans quelques points de vente. Notamment à St-Leu, au marché artisanal couvert, dans la boutique Ilets Créateurs. Les couteaux et sabres, plus ou moins ouvragés que ce soit pour la lame, le manche ou l’étui, ressemblent presque à des oeuvres d’arts. « Je me suis aussi diversifié en faisant des fourchettes, des boites, des puzzles et magnets - tout en bois local -, des porte-clés, etc.. Non seulement parce que j’ai monté un second atelier, me suis équipé d’une machine de découpe laser mais aussi pour offrir d’autres petits produits qu’il me plait de concevoir ».

 

Bref, de l’artisanat péi aussi pointu qu’original.

 

Texte : Sand. Photos : B. Bertin et S. Hoarau
 



Infos pratiques :
Couteaux Bourbon

www.couteauxbourbon.com (le site proposera bientôt une boutique en ligne)
Possibilité de fabrication de produits à la commande
0692 04 72 45

Lieux de vente / exposition dans l'Ouest : 
A saint-Leu : Boutique Ilets Créateurs, marché couvert
Sinon vous pouvez retrouver son travail au duty free de l'aéroport de Gillot, à la cité du volcan, au Tampon ...